Pourquoi le divorce était peu fréquent avant 1945 ?

mariage-et-divorce-de-1920-et-1995.gif

Depuis le début de la Restauration, d’autres lois que celle de 1792, qui autorisait le divorce, ont modifié l’évolution de celui-ci, comme la loi BONALD du 8 mai 1816 qui supprime le divorce ou encore la loi NAQUET du 27 juillet 1884 qui l’autorise à nouveau mais seulement en cas de faute précise comme l’adultère, la condamnation à une peine, l’excès de violences physiques ou verbales. Le 6 juin 1908, une nouvelle loi permet la libéralisation du divorce : il est autorisé à la demande des deux époux après trois ans de séparation de corps. Depuis cette époque de nombreuses lois importantes libéralisant encore le divorce ont été voté.

Avant ces lois, le droit de divorcer était réservé aux hommes, ce qui explique en partie le faible nombre de divorce à cette époque, mais très rapidement, les femmes obtiennent ce droit, en effet, avant les femmes étaient considérées comme inférieures aux hommes (en 1804, le code Napoléon consacre l’incapacité juridique de la femme mariée : la femme, considérée comme mineur est entièrement sous la tutelle de ses parents, puis de son époux), ce qui ne leur donnait pas le droit de demander le divorce.

De plus à cette époque la religion, catholique le plus souvent, avait un poids important sur la vie de chaque individu or dans la religion la séparation de deux êtres « unis pour la vie » et « par Dieu » est impossible en effet lorsque deux personnes se marient à l’église, elles sont considérées mariés par l’Eglise jusqu’à leur mort : il est donc impossible de divorcer religieusement c’est pour cela que lors d’un second mariage éventuel il n’est pas possible de repasser à l’église.

Enfin à cette époque le mariage n’était pas considéré comme un lien entre deux personnes mais comme l’alliance de deux familles, par exemple lorsque deux personnes se mariaient, le mariage était arrangé le plus souvent par les deux chefs de familles issus du même milieu social alors qu’à notre époque les deux époux se choisissent par amour et moins en fonction de leurs classes sociales. D’autre part, les personnes se mariaient souvent avec quelqu’un du même village donc lorsqu’il divorçait de nombreuses tensions apparaissaient au sein de celui-ci et la famille des époux était mal vu des autres villageois puisque le divorce lui-même était mal vu.

Le faible nombre de divorce avant 1945 est donc dû aux lois très restrictives, à l’infériorité des femmes par rapport à leur mari ainsi qu’au poids de la religion et des familles à cette époque.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site